Poursuivi pour avoir frappé son partenaire sexuel après avoir appris qu’il était masculin

En début de semaine, un homme était jugé devant le tribunal de Sarreguemines, en Moselle, pour avoir agressé son partenaire sexuel après avoir appris que ce dernier était un homme.

Mercredi, un homme de 26 ans comparaissait devant le tribunal de Sarreguemines, en Moselle, pour “violence commise en raison de l’orientation sexuelle de la victime”. Cet homme était ainsi jugé pour avoir frappé son partenaire sexuel après avoir découvert que ce dernier était un homme. Nos confrères du Républicain Lorrain rapporte que les faits remontent au 1er novembre 2018, à Forbach.

Après 40 minutes de fellation, il découvre la voix de son partenaire

Le mis en cause, après s’être rendu sur un site de rencontres, avait convenu un rendez-vous sur un parking avec une personne prénommée Anita. Au petit matin, ce partenaire, grand et portant des vêtements moulants, était entré dans la voiture du jeune homme. Peu de temps après, tous deux s’étaient retrouvés dans une forêt. C’est là qu’une fellation avait été pratiquée par Anita, et selon France Bleu Lorraine Nord qui rapporte les propos du prévenu, cet acte sexuel avait duré 40 minutes. Quand Anita a alors pris la parole, le jeune homme s’est rendu compte qu’il ne se trouvait pas avec une femme comme il le pensait.closevolume_off

Huit mois de prison avec sursis

Invitée à sortir de la voiture sous un faux prétexte, Anita a été frappée à la tête, un coup lui ayant fait perdre connaissance. Deux mois d’ITT auront été prescrits à la victime pour des fractures à l’avant-bras, à la hanche et au genou. Selon elle, ses vêtements n’étaient pas ceux d’une femme à ce moment-là, et la confusion apparaissait donc impossible. Le mis en cause n’aurait pas supporté une relation homosexuelle alors que ce père de deux enfants avait une petite amie. Le jugement rendu a été semblable à ce qu’avait requis le parquet, soient huit mois de prison avec sursis. Une peine assortie d’une amende de 1.000 euros que le prévenu aura à verser à sa victime.

24Matins